Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gregoire
  • Le blog de gregoire
  • : Mes articles traiteront de la Défense de la France, d'actualité et de sujets à caractère économique et social
  • Contact

Profil

  • gregoire
  • Marié et père de 2 enfants, je travaille dans l'industrie agro-alimentaire après une carrière dans les armées.
  • Marié et père de 2 enfants, je travaille dans l'industrie agro-alimentaire après une carrière dans les armées.

Catégories

25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 23:00
Changer la règle des bonus des "Trader" ?

Ce n'est pas la solution, c'est de la poudre aux yeux !

Le but de l''actionariat est de collecter des fonds pour déveloper l'industrie. Le titulaire de l'action est récompensé par des dividendes si l'entreprise fait des profits.

Pour faciliter l'achat et la vente des actions (part d'entreprise) les bourses se sont développées.

Ce regroupement a favorisé la spéculation.

Cette spéculation (loterie sur les bénéfices ou les pertes de l'entreprise) a détourné l'actionariat de son but premier pour en faire un "super loto".

Jusque dans les années 90 les opérations se faisait à la "corbeille" ce qui limitait les volumes d'échanges.


Avec l'arrivée d'Internet, un nouveau métier est apparu : le Trader.

Le trader a accéléré le rythme des échanges, l'argent ne se gagne plus sur les dividendes, mais sur l'achat et la revente dans des délais très court, en tenant compte uniquement de la spéculation.

Le trader est actuellement  payé par un fixe et un bonus calculé sur le gain qu'il fait faire à sa banque sur ses opérations. Changer le mode de rémunération ne changera pas le travail du Trader, c'est sa Banque qui le fait travailler et qui le paie pour spéculer tout en faisant des bénéfices.

Si il y a erreur d'appréciation (comptes truqués) la spéculation échoue et on peut générer un crach boursier par effet domino.

La solution, elle est simple : imposer que tout achat d'action soit pour une durée minimum d'un an (exercice fiscal). Avec ce système, les mouvements de bourses seront plus proche de la réalité économique, de moins grande ampleur.

En 2008, seuls Lehman-Brothers et General-Motor auraient chuté en bourse, il n'y aurait pas de crise.


Partager cet article

Repost 0

commentaires